METTEZ UN PEU DE PIMENT!

Publié : 8 années

L’aboutissement d’un an de travail

J’ai pris conscience de cet aboutissement mercredi soir dernier dans le cloitre de la cathédrale St-Nazaire. C’est simple, il y a quasiment un an jour pour jour, Joanda était intervenu sur la scène pour faire chanter au public le célèbre Se Canto. J’étais présente avec M. Raphy qui faisait le réalisateur équipée d’un V1. C’était un petit entremet pour lancer les deux concerts suivants de Jan-Mari Carlotti et Pink Martini !
On avait discuté après le magnifique concert de Pink Martini, on était en pleine préparation de l’album, tout juste si la maquette était prête, il n’y avait rien ou pas grand chose… Et je lui avais dit : « Si ça se trouve l’année prochaine, tu feras toi aussi une première partie dans ce même cloitre ». Il avait rigolé en me disant : « Ouais ouais peut-être ».

Un an est passé, il y a eu la préparation de l’album côté musical, côté graphique, la partie communication pour faire parler de tout ça (articles de journaux, passage TV, diffusion en radios) et la recherche de concerts… Un paquet de boulot dans lequel nous n’avons pas compté le temps ! Et voilà tout est devenu possible, puisque Joanda a bel et bien fait la première partie de Buika dans le cloitre St-Nazaire.

Et il a réalisé sa meilleure prestation depuis mars dernier ! Osco per l’amic !

C’est bizarre de prendre conscience de tout ce qu’on a pu donner pour arriver à quelque chose qu’on pensait possible mais pas si tôt.
Du coup, j’y réfléchis, et je pense que d’habitude on n’en prend pas conscience car on se donne des objectifs sur des temps beaucoup plus courts… Au boulot, on créé une maquette ou un site, ça nous prend un mois et puis le projet est terminé, comme ça ne prend pas trop de temps et que le challenge parait commun, on ne voit pas l’aboutissement. Ou alors si ça dure trop longtemps, à la fin on est tellement soulagé que ça soit fini, de pouvoir enfin passer à autre chose qu’on en oublie la finalité. On finit contents de se débarrasser de ce poids lourd qu’on traine depuis 6 mois (oui oui vous voyez tous ce quel type de projet je veux parler).

Là c’est différent car je n’avais aucune obligation, je l’ai fait par envie, par plaisir… Je ne savais pas dans quoi je m’engageais et je ne suis pas déçue de l’avoir fait. Et quand je vois le chemin parcouru, je me dis qu’on a pas perdu de temps. ça encourage même à continuer alors pour relancer une nouvelle année dans ce domaine, on va se fixer de nouveaux objectifs pour aboutir à quelque chose d’encore mieux.

Laisser un commentaire ?

Some HTML is OK