METTEZ UN PEU DE PIMENT!

Publié : 8 années

Brembas te

Huit siècles ce sont écoulés depuis cette triste date qui rappelle le massacre de Béziers lors de la croisade contre les albigeois lancé dans le but d’éliminer la religion cathare ou plutôt dans le but de faire un peu de ménage dans le sud de la France…

Chaque année, je fait un petit rappel de cette date et c’est encore plus important car nous sommes à une date clé qui signale un nouveau centenaire de l’événement. Un peu partout en Occitanie des événements vont avoir lieu pendant quelques années pour rappeler cette croisade et l’année 2009 est l’année de Besièrs.

Pour rappel, la croisade contre les albigeois a été lancée par l’église catholique contre l’hérésie cathare qui œuvrait dans le sud de la France. Le catharisme était une religion dérivée du catholicisme. Légat du pape Innocent 3, Arnaud d’Amaury, abbé de Citeaux, arriva à Béziers avec une liste de 200 cathares que la ville devait livrer. Les biterrois refusèrent de livrer leurs frères et l’armée des croisés lança l’un des plus gros massacre tuant femmes, hommes et enfants, cathares, juifs et catholiques… Éliminant toutes les personnes se trouvant sur leur passage !! Les textes parlent de 20 000 personnes ! dont 7 000 personnes qui s’étaient réfugiées dans l’église de la Madeleine.

C’est ce même abbé qui aurait répondu, à un soldat demandant : « Comment va-t-on reconnaître les hérétiques des non hérétiques ? », la phrase : « Tuez les tous, Dieu reconnaître les siens ».

Voici quelques phrases issues d’échanges de lettres faites après le massacre entre Arnaud d’Amaury et le pape Innocent 3 (un vrai innocent celui là tiens) :
Bien que les citoyens de Béziers eussent été scrupuleusement avertis par nous et par leur évêque et que nous leur eussions ordonné, sous peine d’excommunication, soit de livrer aux Croisés les hérétiques avec leurs biens, soit, s’ils ne pouvaient pas, de sortir eux-mêmes de la ville, sans quoi ils partageraient le sort des hérétiques, ceux-ci pourtant n’obéirent pas à nos sommations et à nos demandes ; bien plus ils convinrent par serment avec les hérétiques de défendre la ville contre les Croisés.

Les nôtres, sans regarder l’état, l’âge ni le sexe, passèrent au fil de l’épée presque vingt mille hommes. Après cet énorme carnage des ennemis, toute la ville fut pillée et incendiée, la vengeance divine se déchaînant miraculeusement contre elle.

Et puis, pour vous informer un peu sur tout ça, je vous propose de regarder la réalisation d’Aline sur la croisade.

Laisser un commentaire ?

Some HTML is OK