METTEZ UN PEU DE PIMENT!

Publié : 6 années

Faire du tracking d’URL

J’ai souvent abordé le thème des newsletters sur ce blog mais je n’ai jamais fait part du tracking d’URL.

Concrètement ça consiste en quoi le tracking d’URL ?
Ça va vous permettre d’évaluer les retours de votre campagne d’e-mailing grâce à votre compte d’analyse statistiques. La plupart du temps, on utilise Google Analytics.
Lorsque vous envoyez une newsletter, et si vous n’avez pas mis en place un tracking d’URL, vous allez avoir du mal à estimer les retombées de votre campagne. En effet, vous allez vous retrouver avec des centaines de visiteurs mais vous serez incapable de savoir : où ont cliqué les gens ? sur quel lien ? et même pire les internautes utilisant un logiciel de messagerie type Outlook ou Mail, vont disparaître de vos statistiques en étant mélangés au flux des personnes dont on ne connaît pas toujours la provenance.

Si vous utilisez Google Analytics, sachez qu’il existe des champs spécifiques au tracking d’URL. Il va falloir passer de nouveaux paramètres dans vos URLs et Google Analytics se chargera de les analyser.

Les champs proposés par Google Analytics :

  • utm_source : Vous allez y insérer le nom de votre newsletter afin de l’identifier correctement.
  • utm_medium : Ici, vous devez préciser quel est le média que vous souhaitez analyser. Dans notre cas ça sera newsletter, mais ça marche aussi pour les réseaux sociaux, un lien sponsorisé, une publicité, etc.
  • utm_campaign : Le nom de votre campagne. La plupart du temps, j’y insère la date d’envoi, disons que ça permet de garder une trace sur la date d’envoi de la newsletter.
  • utm_content et utm_term : Ce sont deux champs plus spécifiques dont je ne me sers pas ou peu. Le premier sert dans le cadre de campagne de liens sponsorisés, il va permettre d’identifier votre annonce. Et le second, sert aussi pour les campagnes de liens sponsorisés, il permet d’identifier le mot-clé/requête de votre campagne.

Un petit exemple :
Vous avez créé votre newsletter dans le but d’obtenir de nouveaux partenariats, il vous faut désormais préparer votre tracking URL. Le lien de votre newsletter devra rediriger vers la page partenariat de votre site.
Au lieu de faire un simple lien : http://www.monsite.com/partenaires.html
Vous allez créer l’URL : http://www.monsite.com/partenaires.html#utm_source=
newsletterpartenariat&utm_medium=newsletter&utm_campaign=news010911

Avec ces paramètres, vous verrez apparaître dans vos sources de trafic (via Google Analytics), tous les clics en provenance du medium/moyen/média « newsletter ».

Vous remarquerez que j’ai utilisé un # pour ensuite insérer mes paramètres. Il est possible d’utiliser le ? mais j’avais lu sur la toile que ça pouvez engendrer quelques difficultés donc j’utilise le #.
Par contre, en utilisant le #, il vous faudra modifier un petit peu votre code Google Analytics. Oui le petit bout de code en javascript que vous avez inséré sur chaque page afin que Google Analytics puisse récolter toutes les données sur votre site.

Vous allez devoir ajouter avant la partie _trackPageview :
_gaq.push(['_setAllowAnchor', true]);

Ce qui donne par exemple :
<script type="text/javascript">

var _gaq = _gaq || [];
_gaq.push(['_setAllowAnchor', true]);
_gaq.push(['_setAccount', 'UA-XXXXXXX']);
_gaq.push(['_trackPageview']);

(function() {
var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true;
ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js';
var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s);
})();

</script>

Et voilà, vous êtes prêts à tracker les allers et venus de vos visiteurs !

2 Commentaires.
  1. vumaipavou dit :

    Certainement pas. Avec cet espionnage permanent pouvant être associé à du voyeurisme, je navigue avec un moteur anonyme (ne vous trace pas) qui permet également de créer une fausse IP.
    https://startpage.com/do/mypage.pl?prf=036a6899e66c7da1f2c4245398e7c4ab

    Je n’utilise plus cette daube de google depuis maintenant 1 an car leur ciblage rend discriminant le résultat de mes recherches (appauvrissement des résultats rien que pour leurs pubs à la con et voyeurisme criminel car au service de la mafia FBI, CIA & Co). Google c’est maintenant que de la merde pour kékés du net.
    Je suis en navigation « Inprivate » avec blocage par « filtrage inprivate ». En plus, je purge toujours en automatique les fichiers temporaires à chaque fermeture de page (plus d’historique pour les voyeurs) et j’ai interdis à flash de stocker des infos sur mon disque dur et moins encore de se servir de ma caméra et de mon micro par d’autres applications. Faire un clic droit sur une animation flash et vérifier vos paramètres car flash donne toutes les autorisation sans même vous demander votre avis. Flash c’est encore un truc de gros crétins mafieux qui ne respecte rien. J’invite tout le monde à vérifier leurs paramètres par un clic droit et ils verront ho combien ils sont espionnés. (Flash est encore l’une de ces grosses merdes qui devraient disparaitre de l’informatique tellement ils détruisent les efforts des développeurs et du réseau physique des câbles. Avec flash ça rame à mort et il n’y a que des pubs.).
    Vous savez de quel pays je suis mais tout le reste est faux car je vous envoie de fausses infos sur mon IP.

  2. Je suis assez mitigé sur le sujet mais il est toute fois intéressant

Laisser un commentaire ?

Some HTML is OK