METTEZ UN PEU DE PIMENT!

Publié : 4 années

Kidnappings en Corée du Nord

Les kidnappings d’étrangers réalisés par la Corée du Nord étaient monnaie courante au moment de la guerre froide, plus précisément entre 1970 et la fin des années 80. Cette nation a ainsi enlevé des dizaines de personnes dans le but probable de former ses espions. Apparemment, les personnes kidnappées étaient forcées d’enseigner leur langue maternelles, les coutumes et mœurs de leur pays aux futurs espions nord-coréens ou recevaient elles-mêmes un enseignement pour devenir espionnes.
Impossible de chiffrer à l’heure actuelle le nombre de personnes enlevées, ce que l’on sait simplement c’est qu’il y avait (ou qu’il y a) beaucoup de japonais dont certains ont été relâchés après des années de détention (pour certains plus de 30 ans de rétention), d’autres sont mortes sur place (ou déclarées mortes).
Corée du Nord

On sait peu de choses à ce sujet, les nord-coréens semblaient choisir leur cible un peu au hasard des rencontres et opéraient en sous-marin. Le Japon étant proche de la Corée du Nord par voie maritime, les espions nord-coréens accostaient en bord de plage et enlevaient des citoyens japonais. Pendant des années, les personnes enlevées ont été recherchées, ces disparitions étranges étaient souvent incompréhensibles par les enquêteurs car rien ne pouvaient laisser imaginer une fugue et il n’y avait aucune trace d’enlèvement ou de disparition… et surtout l’idée d’enlèvements par des espions nord-coréens paraissait saugrenue.

Le 17 septembre 2002, le premier ministre japonais Jun’ichirō Koizumi a effectué une visite en Corée du Nord pour rencontrer Kim Jong-il, the great leader of North Korea. C’est lors de cette rencontre, que Kim-Jong-il a avoué que la Corée du Nord était responsable de l’enlèvement de 13 citoyens japonais. Les 5 survivants japonais ont été relâchés en octobre 2002 et 8 certificats de décès des autres victimes ont été fournis aux autorités japonaises. Mais tous ces certificats de décès étaient des faux, fait reconnu par la Corée du Nord en 2004. Ces 8 personnes officiellement enlevées sont donc peut-être toujours retenues en Corée du Nord…
Le Japon suppose que des dizaines d’autres personnes ont été enlevées et sont peut-être toujours vivantes et captives. Et il semblerait que des étrangers issus d’autres nationalités aient aussi été enlevés. Ainsi on est sur qu’une roumaine a fait parti du lot, en effet plusieurs rescapés ont fait part de l’histoire de cette roumaine. Plusieurs français sont aussi sur la liste car différents témoignages évoquent la présence de français en Corée du Nord, mais aussi des italiens, hollandais, thaïlandais, singapouriens, libanais, etc.

J’ai découvert tout ça via un reportage disponible sur YouTube :

The reluctant communist - JenkinsDu coup, j’ai fouillé un peu sur Internet pour en savoir plus. Et je suis tombée sur la biographie du soldat américain Charles Robert Jenkins. Cet américain se trouvait en Corée du Sud juste avant le conflit au Vietnam et ne voulait pas participer à cette guerre. Du coup, il a choisi de passer la DMZ entre la Corée du Nord et du Sud. Il explique dans son livre qu’aujourd’hui les gens le prennent pour un fou d’avoir fait cela, pourtant à l’époque, on ne savait rien de la « nouvelle » Corée du Nord qui bénéficiait encore des richesses d’avant sa scission. La Corée du Nord était un pays connaissant d’importantes évolutions et était le 2ème pays asiatique industrialisé, le 1er étant le Japon. Ses évolutions étaient liées aux aides majeures apportées par le bloc soviétique. Lorsque ce dernier est tombé, toutes les aides pour la Corée du Nord ont cessé et le pays a connu de graves famines. Charles Robert Jenkins explique sa démarche et se souvient que d’anciens soldats américains avaient choisi de passer de l’Allemagne de l’Est à l’Allemagne de l’Ouest pour éviter différents conflits. Son objectif était de fuir quelques temps l’armée américaine en se cachant en URSS, allié de la Corée du Nord.
Mais une fois en Corée du Nord, il n’a jamais pu resortir de ce pays où il a subi un « lavage de cerveau » pour adhérer aux principes du parti communiste nord-coréen. On lui avait donné un rôle à jouer dans le pays, il était acteur !! Et jouait le méchant américain dans tous les films de propagande nord-coréens. Lors de sa détention, et grâce à sa bonne conduite, on lui a « offert » une femme : une japonaise enlevée quelques années plus tôt. Cette dernière faisait partie des 5 relâchées citées plus haut, et c’est grâce à la libération de sa femme, que Charles Robert Jenkins a pu lui aussi être libéré.

Je vous invite à lire sa bio, disponible en PDF ici (elle n’existe qu’en anglais et japonais alors j’espère que vous comprenez le british).

Laisser un commentaire ?

Some HTML is OK