METTEZ UN PEU DE PIMENT!

Publié : 2 années

Les meilleures initiatives d’éditeurs face à Adblock

Qu’est-ce qu’Adblock ?
Un « Adblocker » est une extension pour navigateurs Web mobile et desktop qui va analyser le contenu des pages Web afin d’en bloquer certains éléments publicitaires. Il permet donc de surfer sur Internet sans subir les bannières publicitaires des sites. Il existe plusieurs extensions Adblocker dont Adblock, Adblock Plus, Adblock Browser, etc.

Comment fonctionne Adblock ?

Adblock fait désormais partie de la vie des éditeurs de contenu qui tentent tant bien que mal d’y faire face.

Quelles sont les possibilités des publishers face à Adblock ?

Payer pour être dans la whitelist des Adblockers

Qu’on soit d’accord ou pas d’accord, Adblock propose aux publicitaires de payer pour laisser apparaître leurs publicités. Certaines grosses compagnies n’ont pas hésité à sortir leur chéquier pour figurer dans cette liste blanche dont Google. La fameuse liste blanche des Adblockers est accessible à tous sur Internet. Je ne connais pas le prix demandé par les adblockers pour figurer dans la whiteliste, mais je pense que ça n’est pas franchement abordable !!

Proposer aux lecteurs bloquant la publicité de réaliser une action

C’est la solution la plus utilisée par les éditeurs de site ; ils proposent aux lecteurs de s’abonner à leur newsletter, magazine ou journal, d’acheter un de leurs produits, etc. en voici quelques exemples.

Le Journal du Geek affiche une bannière GIF signalant qu’il faut désactiver Adblock pour sauver une licorne (un peu d’humour geek pour un site geek) et propose d’acheter une JDG Box.
Le journal du Geek Adblock

The Atlantic remplace la bannière publicitaire bloquée par une bannière suggérant au lecteur de s’abonner au magazine ou à la newsletter.
The Atlantic Adblock

The Guardian affiche une bannière en bas de page proposant aux lecteurs de payer £50 pour les « aider ».
We notice you’re using an ad-blocker. Perhaps you’ll support us another way? Become a Supporter for just £50 per a year.
The Guardian Adblock

Bloquer la totalité du contenu

C’est une possibilité mais elle est assez risquée. Personnellement, si j’arrive sur un site qui bloque la totalité du contenu car j’utilise un Adblocker, je vais simplement aller voir ailleurs car je pense pouvoir trouver la même information sur un autre site. Alors à moins que vous ayez un contenu unique et intéressant, je ne suis pas sure que ça soit la meilleure des options.
D’ailleurs plusieurs éditeurs s’y sont cassés les dents et sont revenus sur leurs pas après quelques jours de test. Notamment le Washington Post qui a bloqué le contenu quelques semaines en affichant une pop-up demandant de s’inscrire à la newsletter pour visualiser le contenu.
Mais le système n’a pas du fonctionner car l’éditeur l’a supprimé peu de temps après. Ils ont certainement du faire volte-face en voyant leurs statistiques de visite s’effondrer.
The Washington Post Adblock

Voici un site ayant opté pour le blocage de la totalité du contenu : Bild (site allemand d’actualités).
Bild Adblock

Le prendre avec Humour

J’ai adoré le système humoristique proposé par ImageRaider. Si votre adblocker est activé, la page d’accueil du site se transforme en boite à musique et vous impose l’écoute d’un titre de Vengaboys. A priori, le fondateur du site a avoué que ce système avait fonctionné car suite à son lancement, de nombreux utilisateurs ont désactivé leur Adblocker pour ImageRaider.
ImageRaider Adblock

Que seriez-vous prêt à faire pour lire le contenu de votre site préféré ?

  • Payer, et dans ce cas combien seriez-vous prêt à payer ?
  • Echanger la lecture du contenu contre un partage sur les réseaux sociaux
  • S’inscrire à la newsletter
  • Partager des données personnelles permettant au site de mieux cibler ces utilisateurs et publicités
  • Ou toute autre action ayant une valeur suffisante, sans être excessive, pour que l’utilisateur y adhère et que vous y trouviez votre compte.

Le choix dépend aussi de votre audience et de ce qu’elle sera plus encline à accepter…

Créer des publicités non intrusives telles que suggérer par les Adblockers

Les Adblockers proposent aux éditeurs de valider leur site s’ils utilisent des formats publicitaires non intrusifs tels que définis dans leurs guidelines. Ci-dessous l’explication d’Adblock Plus :

Nous ne pensons pas que toutes les publicités soient mauvaises et nous savons qu’elles financent de nombreux sites Internet. […] Les sites Internet qui sont déterminés à respecter ces critères peuvent postuler afin que leurs publicités soient ajoutées sur la liste d’exception Publicités Acceptables, ce qui débloquera leurs publicités pour les utilisateurs qui auront choisi de conserver l’option Publicité Acceptable offerte par ABP.

Il faut donc soumettre son site Internet à Adblock en ayant vérifié que ses publicités sont acceptables, et attendre le retour d’Adblock afin de savoir s’il faut réaliser des modifications pour que son site soit ajouté à la liste blanche.

Qu’est-ce qu’une publicité non acceptable ?

  • Les publicités qui chargent visiblement de nouvelles publicités si le Contenu Principal reste inchangé
  • Les publicités qui évoluent de manière excessive ou non-initiés par l’utilisateur
  • Les publicités animées
  • Les publicités vidéo ou audio automatiquement déclenchées
  • Les publicités qui s’étendent
  • Les publicités présentant des images générallement démesurées
  • Les pages de publicité interstitielles
  • Les publicités superposées
  • Les publicités superposées dans les vidéos
  • Les fenêtres pop-up
  • Les fenêtres pop-under
  • Les publicités préalables aux vidéos
  • Les publicités Rich Media (ex. Flash, Shockwave, etc.)

Je ne vais pas rentrer plus en détails sur ce sujet, la page d’Adblock présentant les publicités acceptables vous aidera sans aucun doute à comprendre les subtilités des publicités acceptables et non acceptables.

Conclusion

Je n’ai pas de télévision car il m’est impossible de subir le martèlement marketing qui déferle au milieu de n’importe quel contenu. Et le Web était pour moi un moyen d’éviter ces publicités. Or en 10 ans, elles ont envahi le Web, sont devenues excessives et utilisées à outrance rendant souvent la lecture de contenu impossible. Je pense notamment à ces publicités imposées qu’il faut regarder subir pendant 30 secondes et qui ne sont même ciblées…

A mon sens, la publicité en ligne a fait ses heures, et les adblockers n’ont fait que rendre réel la triste vérité du monde de la publicité en ligne. Elle a bien besoin d’évoluer et il va falloir réfléchir à un autre modèle économique. Cela n’est gagné mais je suis convaincue qu’il existe d’autres moyens de revenus en ligne, et qu’il possible de trouver un bon mélange entre lecteur, publicité et contenu.

Si demain, je devais gérer un site d’édition de contenu, je réfléchirai au meilleur moyen de satisfaire à la fois mon audience et les revenus basés sur la publicité. Il faut trouver le meilleur compromis entre vivre de son site Internet avec un peu de publicité et ne pas pourrir la vie de ses lecteurs avec des publicités non ciblées qui clignotent comme des sapins de noël (berk).

Sources & images : AdblockPlus, The Guardian, ImageRaider, The Washington Post, Bild, etc.

Laisser un commentaire ?

Some HTML is OK