METTEZ UN PEU DE PIMENT!

Publié : 9 années

My Blueberry Nights

My Blueberry Nights, le dernier Wong Kar Wai, dernier mais qui ne respecte pas forcément le fil des précédents. Que les adeptes se rassurent, My Blueberry Nights reste dans la lignée des Wong Kar Wai mais disons que certains éléments sont tout nouveaux pour le réalisateur.


Ce film est son tout premier film tourné en anglais et aux Etats-Unis. New-York devient le Honk-Kong des précédents. My Blueberry Nights se compose d’une belle panoplie d’acteurs avec Norah Jones, Jude Law et Nathalie Portman. L’histoire est une romance, dans laquelle Elizabeth (Norah Jones) vient de perdre son amour et se confie chaque soir à Jérémy (Jude Law) pour tenter d’effacer son échec amoureux. Elle décide un jour de prendre le large et part dans l’Ouest américain où elle va rencontrer d’autres âmes isolées et perdues. Je retiendrais personnellement la performance de Nathalie Portman qui excelle dans son rôle de femme accroc aux jeux d’argent.

Toujours ce même thème : l’échec amoureux que Wong Kar Wai avait déjà mis en avant dans Happy Together ou encore Chunking Express. Mais cette fois, le final se différencie complètement de ses précédents films. Chacun des personnages trouvant plus ou moins des possibilités à ses problèmes et se dirigeant vers une éventuelle nouvelle voie. Ils ne se loupent plus à un coin de rue, ne se perdent pas d’un continent à l’autre… Même s’il est vrai que l’étendue des Etats-Unis reste un long et vaste périple pour Elizabeth.

My Blueberry Nights reste tout de même une histoire qui possède de grandes similitudes techniques avec les anciens films de Wong Kar Wai. Des similitudes qui lui sont si caractéristiques. Il y a ces trains de passage qui ne semblent pas avoir de destination, ces séquences de nuit arborés de néons lumineux ou encore ces personnages qui sont paumés dans le cours de leur vie et semblent réfléchir en allant de bar en bar. On prend toujours autant de plaisir à voir les effets de ralenti d’image présents dans tous ses films.

On notera le rappel d’In The Mood For Love, probablement son plus grand succès, avec la reprise de la chanson Yumeji’s Theme.

Laisser un commentaire ?

Some HTML is OK